Finaliser son manuscrit pour l’autoéditer

Ça y est, vous vous êtes décidé à vous lancer dans la grande aventure qu’est l’autoédition ! Aujourd’hui nous allons découvrir ensemble comment finaliser son manuscrit pour l’autoéditer.

Bienvenue dans notre communauté d’auteurs autoédités et indépendants !

Vous voilà ici pour trouver des réponses à vos doutes et à vos questions. Dans cette série d’articles je vais tâcher de vous éclairer au mieux et de vous encourager à poursuivre sur cette voie.

Ce ne sera pas toujours facile mais vous verrez que vous n’êtes pas seul et que vous pourrez être entouré en cas de soucis.

Finaliser votre manuscrit en vue de l’autoéditer

La première étape dans l’autoédition est bien entendu l’écriture de votre manuscrit. Ou devrais-je dire votre tapuscrit. 😉

Alors, ça y est ? Vous avez placé un point final à votre histoire ? Bravo !!! Quel délice, quel soulagement. Si vous souhaitez autoéditer votre livre, c’est maintenant que le travail commence.

Avant d’aller plus loin, je tenais à vous faire part de quelques conseils d’Olivia Rigal dans son livre « Les bases du marketing pour les auteurs ».

Avez-vous pensé à soigner le début de votre livre ? Olivia indique que certains lecteurs sont susceptibles de lire un extrait avant de passer à l’achat. En général, il s’agit du premier chapitre. Alors n’hésitez pas à y revenir plusieurs fois car comme le dit Olivia Rigal, les premiers 10 % du livre doivent rendre accro !

> Ce lien me rapporte un petit pourcentage. 😉

La relecture de votre manuscrit

Votre manuscrit est terminé, du moins vous en êtes satisfait. Mais avez-vous fait relire votre livre ?

Pourquoi faire relire votre manuscrit ?

Cette étape est essentielle pour :

  • recueillir les avis de lecteurs avertis : avis général sur l’histoire, les personnages, l’intrigue
  • noter les premiers retours et avis, ce qui vous permettra d’utiliser leurs propres mots dans vos communications ultérieures
  • vous assurer de ne pas avoir laissé passer des incohérences
  • vous donner des pistes d’amélioration si vous le souhaitez
  • vous apporter la confiance nécessaire pour les étapes suivantes

Qui peut relire un manuscrit avant l’autoédition ?

Les relecteurs ne doivent pas être des proches. Car la famille et les amis ne sont pas impartiaux. Ils ne veulent pas vous froisser et partent du principe que votre livre est très bien puisqu’ils sont heureux de connaître un auteur et de faire partie des premiers lecteurs.

Vous devez passer par des bêtas-lecteurs étrangers à votre sphère privée : des lecteurs ardus et passionnés, des bêtas-lecteurs habitués à analyser et repérer les incohérences et les coquilles, des professionnels attentifs aux moindres détails.

Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous

  • contacter des lecteurs sur les groupes Facebook d’entraide

C’est au petit bonheur la chance, vous pouvez tomber sur quelqu’un de sérieux tout comme une personne qui, une fois votre livre en poche, ne vous donnera plus de nouvelles. Ça m’est arrivé !

  • contacter des bêtas-lecteurs connus sur les réseaux

Par le bouche-à-oreille, en repérant un nom apparu dans les remerciements d’un auteur, etc.

  • contacter des professionnels

Certains correcteurs proposent aussi la relecture et les conseils en écriture

Finalisez votre manuscrit​

Vous cherchez un avis sincère et professionnel et des critiques constructives sur votre futur roman. Vous devez le mettre forme avant de l’envoyer à un imprimeur ou de le charger sur les plateformes en ligne.

Grande lectrice, mon avis est sincère et honnête. De plus, mon expérience dans la relecture de livre en tout genre et mon sens critique, ainsi que mon savoir en tant que romancière, me permettent de vous apporter des critiques constructives qui vous assureront d’éditer un livre de qualité

Le mieux est de faire relire par plusieurs bêtas lecteurs. Ce n’est pas évident au début mais ça vaut le coup ! Si possible, ne choisissez pas que des lecteurs fans de votre style. Essayez aussi de varier les genres : hommes, femmes, jeunes, matures, lecteurs passionnés, auteurs…

Comment gérer l’avis des bêtas-lecteurs

Si vous pensez que la recherche de relecteurs est difficile, sachez que le plus dur est d’encaisser leur retour. Car même les avis les plus neutres et écrit avec tact peuvent être difficiles à encaisser. Il faut être prêt à accepter la critique, positive ou constructive.

Il faut être honnête, vous espérez que vos bêtas-lecteurs vous écrivent « wahou ! ». Et qu’ils n’évoquent que quelques détails dans leur critique. Mais ce ne sera pas le cas. Si les relecteurs sont attentifs, ils feront remonter à la surface les éléments auxquels vous n’avez pas prêté attention. Ou qu’au contraire, vous pensiez avoir fait passé inaperçu : un souci dans le timing ou le réalisme d’une situation, un dialogue bancal car vous n’étiez pas inspiré, une incohérence dans le caractère d’un de vos personnages qui ne réagit pas comme il le devrait…

Alors préparez-vous à la critique, elle est constructive et vous aidera à évoluer. Si vous souhaitez en savoir plus, je vous parle de ma propre expérience sur mon blogue d’auteur. Cela vous donnera des pistes. 🙂

Être écrivain, c’est jeter beaucoup, ne pas être satisfait, retaper, puis retaper encore, et une fois de plus, encore et encore.

John HERSEY

La correction de votre manuscrit

finaliser-son-manuscrit-pour-l’autoediter

Cette fois, vous pensez avoir terminé votre roman ? Mais êtes-vous certain que plus aucune coquille ne se cache au détour d’une phrase ?

L’importance de corriger votre manuscrit dans l’autoédition

Vous avez beau avoir lu et relu, fait relire par votre mère, votre frère et/u votre meilleure amie, ainsi que par 10 bêtas-lecteurs, vous devez être certain que votre texte ne soit pas truffé de fautes de grammaire et d’orthographe.

Il en va de votre image d’auteur. En tant qu’autoédité, vous êtes attendu au tournant sur ce point. Bien entendu, il est fortement probable qu’un espace ou « s » soit aux abonnés absents au moment de l’impression de votre livre. Nous avons tous le droit à l’erreur et c’est aussi le cas pour les auteurs en contrat dans une maison d’édition.

Cependant, dans votre cas, vous devez être particulièrement vigilant car personne d’autre que vous n’est responsable de la correction de votre ouvrage.

Une vie passée à faire des erreurs est non seulement plus honorable, mais aussi plus utile qu’une vie passée à ne rien faire.

George Bernard SHAW

Corriger vous-même votre manuscrit

Dans un premier temps, vous pouvez (et devez) veiller vous-même à la correction de votre texte. Que ce soit avec Word mais aussi avec d’autres outils de correction. Cette étape doit d’ailleurs avoir été faite avant l’envoi aux bêtas lecteurs.

Si vous souhaitez corriger en profondeur il vous faudra investir de l’argent et du temps, et être bien équipé. Pour cela, je vous conseille de faire l’acquisition du logiciel Antidote.

> Ce lien me rapporte un petit pourcentage. 😉

Cela vous demandera de vous investir pleinement dans cette tâche, car la correction prend du temps (et la tête).

Les autres étapes de l'autoédition

Découvrez mes conseils et mes astuces dans les autres articles dédiés à lautoédition !

Faire corriger votre manuscrit par un tiers

Dans le cas où vous n’avez pas les connaissances nécessaires, ni le temps, ni la motivation, d’autres solutions s’offrent à vous.

Faites appel à un tiers ! Pour cela, il vous faudra confier votre cher manuscrit à une personne de confiance. Si vous doutez encore de l’utilité de cette démarche, je vous invite à lire mon article sur « Déléguer son activité d’auteur ».

Vous pouvez faire appel à des correcteurs professionnels qui vous factureront selon le nombre de caractères total de votre manuscrit, mais aussi en fonction de votre texte et des corrections à apporter.

Vous trouverez de nombreux correcteurs sur Internet et sur Facebook. Pour ma part, j’ai déjà travaillé avec Cecile Poppy Kowalski et j’en ai été très satisfaite. Elle gère la page Corrige-moi, si je me trompe, allez y faire un tour !

Une autre solution s’offre à vous pour un coût moins élevé. En effet, parmi les services que je vous propose, j’effectue également les relectures et corrections. Mes tarifs sont moins élevés car il ne s’agit pas de ma spécialisation et je ne suis pas de diplôme d’Études en Langue Française. La probabilité que je ne détecte pas des erreurs complexes de français est certainement plus élevée.

Vous hésitez encore sur l’aide que je pourrais vous apporter ? Parlons-en lors d’un entretien téléphonique. 

Parlons-en lors d’un entretien téléphonique. 

La correction professionnelle, comment ça marche ?

Certains correcteurs s’occupent de la correction et vous renvoient le fichier corrigé et terminé. D’autres vous indiquent par des codes couleur les modifications effectuées. Il se peut que le professionnel ajoute des remarques au fil de sa lecture, des conseils sur le style, la forme, le fond.

Ce qui compte, c’est de bien communiquer avant le début de la collaboration sur ce que vous attendez de son travail.

Découvrez mes prestations

Pour vous soutenir dans l’autoédition

Je vous souhaite une belle aventure das l’autoédition et la recherche de vos coquilles. 😉 

Très belle journée !

Emilie

 

Ma photo de profil Emilie Varrier

À propos d'Emilie Varrier

Je suis travailleuse indépendante et j’exerce depuis mon domicile grâce aux outils merveilleux que nous offrent internet et le téléphone. Je soutiens les auteurs dans leurs activités liées à l’autoédition. Nous avançons ensemble afin d’atteindre le même objectif : la réussite de leurs projets ! 

3 commentaires sur “Finaliser son manuscrit pour l’autoéditer”

  1. Retour de ping : Mettre en page et en forme son manuscrit pour l’autoéditer - Assistante administrative

  2. Retour de ping : Déléguer vos activités d’auteur - Assistante administrative

  3. Retour de ping : Publier son livre sur Amazon - Assistante administrative

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *